La belle province des satisfaits ITI Les saisons Littéraires Livres à venir Un grand pas pour la femme

LIVRES

La Belle Province des satisfaits

La Belle Province des satisfaits

Dans les années soixante-dix, le Québec était un des endroits sur la planète où il se passait vraiment quelque chose : toute la société semblait animée par un rêve qu’on pourrait dire québécois (comme on parle de « rêve américain »). Depuis, de petites trahisons en concessions douteuses, le Québec est devenu la Belle Province des satisfaits. Alain Cognard n’accepte pas ce rétrécissement désespérant des horizons, il n’accepte pas non plus cette propension à l’autocongratulation et ce refus de toute critique que les Québécois semblent avoir développés par compensation. Avec sa verve de pamphlétaire, il veut tirer ses compatriotes de leur torpeur et leur redonner le goût du débat politique.

Édition: V.L.B.
ISBN: 2890058387
Collection: PARTIS PRIS ACTUELS
Paru en: 2003

Extraits

Pour que les classes sociales les moins favorisées puissent participer à ce renouvellement permanent de l’esprit, il faut que l’effort de l’état soit beaucoup plus marqué dans les milieux pauvres et qu’il commence dès la naissance de l’enfant. À l’école, il est souvent trop tard. Évidence crasse ? Pourtant, dans ces quartiers, la mauvaise alimentation des enfants, les équipements sportifs et culturels insuffisants, les bibliothèques anémiques, et toujours les conditions de vie difficiles des parents et le corollaire, l’apprentissage limité aux heures de classes, voire l’hostilité envers l’école, empêchent le brassage social. Au nombre des causes, pourrait-on ajouter des ministres “ satisfaits ”. p.78

La culture est une interrogation collective qui se donne des airs de réponse. p.109

"L'art est peut-être le seul moyen dont l'être humain dispose pour se garder de ses erreurs." p.109

"Violence conjugale, cela veut dire, mépris, meurtre prémédité, meurtre haineux, Prémédité n'existe pas pour les juristes puisque les meurtres se produisent souvent au cours d'une dispute, mais chacune de ces crises constitue une partie du projet meurtrier." Page 138

"Pour le meurtrier, tuer ses enfants, c'est comme jeter sa bague de fiançailles." p.139